ENSEIGNEMENT DES TAPAHALIE

Connaissance ancestrale

31
août 2009
LE BAHAÏSME
Posté dans Non classé par religionancienne à 6:19 | Pas de réponses »

LE BAHAÏSME

La dernière religion révélée

Mizra Hussein Ali (1817-1892), un ardent disciple d’Ali Muhammad, est le fondateur de la dernière des religions révélées, le bahaïsme. Ali Muhammad (1819-1850), dit le prophète (« la Porte », Bab), fondateur d’un mouvement messianique qui annonça la venue de l’imam mahdi, comme promis par la tradition chiite. Les Bahaïs pensent que Mizra est le dernier des incarnations divines de Bouddha, Jésus Christ, Krisna et Mahomed, tous considérés comme ses prédécesseurs, il prit alors le titre de (« Splendeur de Dieu », Baha Allah). En tant que messager de Dieu, il jugeait que le bahisme n’était qu’un pas vers une nouvelle religion à venir, accomplissant les enseignements de Moïse, de Jésus Christ, de Mahomed et de toutes les doctrines précédentes. Au cours du XX è siècle, cette foi s’enrichit avec les rapports de l’hindouisme et du bouddhisme.

En 1848, la communauté qui s’était créée autour de lui finit par se détacher totalement de l’islam et développa une religion propre le bahaïsme. Après de violents affrontements avec l’autorité publique, ainsi que la tentative de diviser la Perse (actuel Iran) et d’établir une théocratie, le bahisme fut anéanti après quelques années d’existence seulement. Peut avant sa mort en Palestine, Mizra avait désigné son successeur, le jeune Mirza Yahya dit « Matin d’Eternité » (1830-1912), âgé de dix-neuf ans. Ce dernier ne parvenant pas à rassembler la communauté déchirée par des luttes intestines, son demi-frère Mizra Hussein Ali (1817-1892), son frère aîné de treize ans prit la direction du mouvement.

Les trois piliers de la foi bahaïe

La foi bahaïe repose sur trois piliers qui sont: unité de Dieu, unité de religion et unité du genre humain. Ces trois piliers découlent des devoirs ethniques, sociaux et politiques: l’homme et la femme ont les mêmes droits et doivent recevoir la meilleure éducation spirituelle et morale. La foi bahaïe ne connaît ni rituel, ni prêtre. Seul l’écrit sacré, recueil de textes du Bab, de Baha Allah et d’Adul Baha, fait autorité. Chaque fidèle peut dispenser l’enseignement du bahisme à d’autres adeptes. L’étude des paroles de Dieu, les prières et le jeûne sont les éléments clés de la vie des croyants. Chaque bahaïs doit prier trois fois chaque jour (matin, midi soir). L’année bahaïe compte 19 mois et 19 jours et la communauté des fidèles doit se rassembler pour la « fête des dix-neuf jours, effectuer un pèlerinage dans les maisons d‘adoration (le sanctuaire du mont Carel (près d’Haïfa), celui de Wilmette (en Illinois en USA etc.).

Les liens de parenté entre le bahaïsme et l’islam

La doctrine des bahaïs présente une grande parenté avec l’islam, mais on note aussi des différences de taille: ainsi leur livre sacré n’est autre que le coran, mais le code religieux du Kitab-i-Aqdas. Celui-ci renferme les devoirs de chaque croyant, comme les trois prières quotidiennes, ainsi que les règles à respecter pour un jeûne annuel de dix-neuf jours, le pèlerinage, la polygynie *etc.

Que retenir du bahaïsme?

Le bahaïsme dans le monde

Grâce à Shoghi Effendi, les bahaïs ont développé un système organisé à l’échelle mondiale; ils sont aujourd’hui 5 à 6 millions d’adeptes en Inde et en Afrique du Sud, près de 100 000 en Amérique du Nord, 2,5 millions en Iran, 2000 en Allemagne etc.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

société & management |
Myriam de Lesaka, médium |
office central des formalit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le féminisme pour les nul-le-s
| provocant
| Arrête ton char !